Tous les articles

Font Size

SCREEN

Profile

Layout

Menu Style

Cpanel

Combattre les inégalités économiques localement et globalement

Texte de Claude Grasland Militant Vert de Sucy-en-Brie (94)

Face à une Droite qui préconise l'individualisme et l'égoïsme, quelle doit être la position des écologistes en matière de réduction des inégalités économiques et sociales ?

Face à des partenaires de Gauche qui accusent le écologistes de prôner la décroissance contre les intérêts des travailleurs soumis à la crise économique, comment affirmer nos idées ?

Réponse en images et en cartes, du local au global.

 

1. REDUIRE LES INEGALITES GLOBALES : La région Ile de France doit atteindre les Objectifs du Millénaire (0.7% de la richesse pour l'aide au développement)

En observant l'évolution de l'Indicateur de Développement Humain de 1975 à 2002, on constate que les écarts se sont un peu atténués de part et d'autre de la Méditerranée, mais ils se sont considérablement renforcés avec les pays situés au sud du Sahara (Carte 1). Les migrants pauvres continueront d'affluer vers l'Europe et à mourir aux portes de celle-ci tant que les inégalités mondiales ne seront pas sensiblement réduites (Carte 2). La Région Ile de France doit montrer l'exemple et se fixer pour objectif de consacrer 0.7% de son budget à l'aide aux pays en développement.


 

48915153_p

Carte 1 : Evolution de l'indicateur de développement humain (1975-2002) cliquez sur la carte pour l'agrandir

(Source : Didelon, Grasland & Richard, 2008, Atlas de l'Europe dans le Monde, Documentation française)

48915166_p

Carte 2 : Evolution du nombre de décès de migrants en Méditerranée (1993-2006) cliquez sur la carte pour l'agrandir

(Source : Didelon, Grasland & Richard, 2008, Atlas de l'Europe dans le Monde, Documentation française)

 

 

2. REDUIRE LES INEGALITES LOCALES : La région Ile de France doit développer des mécanismes de péréquation juste entre départements et communes, tout en respectant leur autonomie.

En observant la carte des revenus par habitant, on constate l'existence de très fortes inégalités à la fois entre les départements et entre les communes d'Ile de France. Il faut donc mettre en jeu des mécanismes variés de solidarité, en agissant sur plusieurs échelles d'intervention. La réforme de la taxe professionnelle proposée par le gouvernement UMP ne va pas dans ce sens puisqu'elle contribue à la fois à accroître les différences de ressource des communes et à réduire leur autonomie budgétaire.

48917135

Carte 3.1 : Identifications des communes d'Ile de France à faible revenus en 1999 (Paris et petite couronne)


48917196

Carte 3.2 : Identifications des communes d'Ile de France à faible revenus en 1999 (Région Île de France)

48917219

Légende explicative : On a repéré sur les cartes les communes dont le revenu par unité de consommation est inférieur de 20% à celui de la région (Global deviation) ou à celui de leur département (Medium deviation) ou à celui des communes voisines (local deviation). Carte réalisée par C. Grasland, UMR Géographie-cités.

 

 

Clichy Sous-Bois (93) est un exemple de commune pauvre à toutes les échelles : Ses habitants ont des revenus inférieurs de - 47% par rapport à la moyenne de l'Ile de France, de -23% par rapport au département de Seine Saint Denis et de -38% par rapport aux communes voisines (notamment le Raincy). Il faut donc développer ici une solidarité massive à toutes les échelles

 

48916511


Neuilly-sur-Seine (92) est un exemple de commune richissime à toutes les échelles. En effet son revenu par habitant est le triple (+211%) de la moyenne régionale, tout en étant supérieur au double de la moyenne du département des Hauts de Seine (+173%) et plus élevé que celui des communes voisines (+84%) pourtant richement dotées (16e arrondissement ...). Est-il admissible que le gouvernement envisage de favoriser encore plus cette commune en couvrant sa principale avenue aux frais du contribuable ? Peut-on continuer à admettre qu'elle refuse de construire des logements sociaux ?

 

48916738

 

• La plupart des communes présentent des situations plus contrastées, pouvant apparaître favorisées à une échelle et défavorisées à une autre. A titre d'exemples, on peut choisir Limeil Brévannes (94) dont le revenu par habitant est inférieur à celui de la région Ile de France, égal à celui de son département du Val de Marne et supérieur à celui des communes voisines en général plus pauvre. Ou bien le 15e arrondissement de Paris qui présente le profil inverse (supérieur à celui de l'Ile de France, égal à celui du département de Paris, inférieur à celui des communes et arrondissements voisins).

 

4891685048916868

 

Ces exemples montrent que la réduction des inégalités économiques et sociales ne doit pas s'opérer de façon brutale et technocratiques mais par un ensemble de leviers :

• Action régionale : pour réduire les inégalités les plus flagrantes qui opposent le Nord-Est et le Sud-Ouest de la région Ile de France.

• Action départementale : pour réduire les disparités plus spécifiques à l'intérieur de chaque département et agir de façon plus fine.

• Action intercommunale : pour réduire les disparités locales et favoriser le développement de relations entre communes voisines ayant des niveaux de revenus différents.

 

 

 

Reblog this post [with Zemanta]
Commentaires (0)

PECRESSE 2010 : Transports Bling Bling, Spéculation financière et inégalités sociales

Texte de Claude Grasland Militant Vert de Sucy-en-Brie (94)

S'il est un point sur lequel on peut être d'accord avec l'UMP, c'est sur le fait que la question des transports sera au coeur des enjeux de la campagne des élections régionales en Ile de France.

Valérie Pecresse critique le bilan de la majorité actuelle, mais que propose-t-elle réellement ?

Un tract distribué par les militants UMP le long du RER A donne la réponse

 

PECRESSE 2010 : DIX PROPOSITIONS ET UNE CARTE DE GEOGRAPHIE

 

48648502_p

48648532_p

Source : Le tract présenté ci-dessous était distribué jeudi 14 Janvier par les militants UMP-Nouveau Centre à la gare de Sucy-en-Brie, dans le cadre d'une semaine d'action de la fédération Nouveau Centre du Val de Marne. Nous n'avons malheureusement pas pu retrouver sa version originale PDF sur le site de campagne de Valérie Pecresse et nous avons dû scanner le tract qui nous avait été distribué.

 

ZOOM SUR LA CARTE ACCOMPAGNANT LE TRACT

 

48649144_p

Il faut féliciter les militants UMP d'accompagner leurs propositions d'une carte permettant aux électeurs de mieux saisir les tenants et les aboutissants de leurs propositions. Deux remarques s'imposent d'emblée à la lecture de la légende de la carte :

Le tract UMP reprend à son compte plusieurs projets de la région : en effet, la plupart des tracés indiqués en bleu ont été portés par la région ou par des départements à majorité de gauche, à l'exemple du T6 Châtillon-Vélizy-Viroflay qui concerne également Clamart.

La seule proposition réellement originale de l'UMP concerne le métro automatique du Grand Paris : cette fameuse double boucle tracée en rouge est sans nul doute une idée originale de l'UMP et c'est donc par rapport à celle-ci qu'il faut juger de l'intérêt du projet Transport proposé par Valérie Pecresse aux franciliens.

TRANSPORT "BLINGBLING" : DESSERVIR EN PREMIER LES PLUS RICHES

Le projet de métro automatique du Grand Paris vise à "servir en premier ceux qui sont les plus riches", comme le montre très clairement la superposition de la carte du métro automatique et celle des revenus moyen des habitants publiée récemment.

48651632_p

Source : Les disparités sociales se renforcent en Ile de France, Atlas de la Santé en Ile de France

SEGREGATION SOCIALE, CHOMAGE ET TEMPS DE TRANSPORT

 

Les études menées par le ministère des Transports montrent en effet que les ouvriers disposent de moins d'offre d'emploi que les cadres dans une zone d'une heure autour de leur domicile. La politique de transport a donc un impact direct, non seulement sur la fatigue (temps de déplacement) mais aussi sur l'activité (risque de chômage).

Or, le projet de métro automatique du Grand Paris va contribuer a à renforcer encore les écarts de temps de transport entre les cadres supérieurs d'une part, les ouvriers et employés d'autre part. C'est ainsi une véritable ségrégation socio-spatiale qui sera renforcée par l'action combinée du Grand Paris et de l'abandon de la loi SRU.

48653560_p

Source : IAURIF, Cartes interactives en libre accès

 

 

L’accessibilité au marché du travail en Ile-de-France : inégalités entre catégories sociales et liens avec les localisations résidentielles

La mesure de la part de l’emploi régional à laquelle permet potentiellement d’accéder un parcours domicile-travail d’une heure (durée maximale regroupant 80% des actifs, quelle que soit la catégorie socioprofessionnelle) montre des disparités entre les individus des différentes catégories socioprofessionnelles. Tous modes de transport confondus, le marché de l’emploi accessible en une heure de transport est en moyenne plus étendu pour un cadre que pour un ouvrier (en moyenne 83% de l’emploi cadre francilien accessibles pour les uns contre 69% de l’emploi ouvrier francilien pour les autre). De même, l’accessibilité aux emplois est différenciée entre catégories socio-professionnelles selon le mode : pour les cadres, les transports publics permettent d’atteindre les 2/3 des emplois accessibles en voiture alors que le marché de l’emploi accessible en transports publics par les ouvriers ne représente que la moitié de celui que la voiture circonscrit. Qui plus est, l’écart entre tailles de marché de l’emploi accessible selon la catégorie socioprofessionnelle se creuse avec l’éloignement du centre de l’agglomération. (Source : CERTU, 2005)

 

LE METRO DU GRAND PARIS AU SERVICE DE LA SPECULATION FINANCIERE

Est-ce à dire qu'au moins les rares communes voyant passer le Métro du Grand Paris ont des raisons de se réjouir, quitte à ignorer égoïstement les "laissés pour compte" ? Pas si sûr ... car le gouvernement UMP souhaite financer les 35 milliards que coûterait le nouveau métro par la spéculation financière sur les terrains situés autour des nouvelles gares. Les créations d'emplois de bureau vont continuer à se concentrer autour de Paris-La Défense et des nouvelles stations du Métro du Grand Paris. Pour une grande partie des franciliens, le projet se traduira à la fois par un appauvrissement des ressources de leurs communes et par des déplacements toujours plus lointains. Seuls les privilégiés pourront se payer des logements à proximité des nouveaux pôles d'emplois du Grand Paris...

Gains d'emplois induits par les nouvelles construction de bureau (source : IAU)

48654924_p

Source : Construction de bureaux : proche du métro, loin de l’objectif polycentrique. Note rapide Économie, n° 490, IAU.

CONCLUSION : LES TRANSPORTS SONT L'ENJEU SOCIAL ET POLITIQUE MAJEUR DE LA CAMPAGNE

On l'aura compris, le tract de l'UMP sur les transports est beaucoup plus qu'une simple critique de la politique actuelle de la région francilienne. Changer le nombre de zones de carte orange et leur tarification n'a pas une grande importance et relève de la politique gadget...

En revanche, c'est un véritable projet de société au profit des plus riches qui est proposé à travers le tracé du métro du Grand Paris. Si nous devons nous battre, c'est bien contre ce projet "blingbling" en défendant une politique moins spectaculaire mais plus efficace de desserte fine de l'ensemble des territoires franciliens par des modes de transports performants et écologiques. Là est l'enjeu de la campagne !


Commentaires (0)

Elections régionales 2010 en Ile de France : Les écologistes aux commandes des Pays-Bas ?

Un texte de Claude GRASLAND, militant Vert de Sucy-en-Brie (94)

Le saviez-vous ? Le poids économique et démographique de la région Ile de France est comparable à celui des Pays-Bas ! Une victoire des listes Europe-Ecologie en Ile de France offrirait de véritables leviers d'action pour peser sur le cours de l'avenir en France, en Europe et dans le Monde.

A nous de montrer que nous sommes conscients des responsabilités qu'entraînerait la direction d'une région de la taille des Pays-Bas.

1. QUEL EST LE POIDS DE LA REGION FRANCILIENNE ?

 

 

balance

Le poids économique et démographique de l’Île-de-France est supérieur à celui de l’ensemble des Pays-Bas


Données 2005, source EUROSTATPays-BasÎle-de-FranceÎle-de-France + Bassin parisien
Superficie 42 000 km² 12 000 km² 158 000 km²
Population 16 300 000 h 11 400 000 h 21 400 000 h
Richesse 508 000 000 000 € 482 000 000 000 € 736 000 000 000 €
Densité de population 392 h/km² 953 h/km² 140 h/km²
Richesse par habitant 31 200 € 42 000 € 33 400 €

 


Si l'on s'en tient aux frontières strictes de la région Ile de France, celle-ci apparaît plus petite que les Pays-Bas sur le plan géographique (12 000 contre 42 000 km2) et sur le plan démographique (11.4 contre 16.3 millions d'habitants). Mais son poids économique est à peu près comparable (482 contre 508 milliards d'Euro) car la richesse par habitant de la région Ile de France est plus élevée que celle des Pays-Bas et sa densité de population beaucoup plus forte.

Si l'on raisonne à l'échelle plus générale du Bassin Parisien, alors le poids de la région parisienne et des régions voisines apparaît beaucoup plus élevé que celui des Pays-Bas mais le niveau de vie est globalement comparable. Il faut souligner que construire des politiques à l'échelle du Bassin Parisien plutôt que de l'Ile de France est plus juste à la fois en termes économiques (l'influence de l'agglomération parisienne déborde la région), en termes sociaux (il faut introduire une péréquation entre la riche région francilienne et les régions voisines plus pauvres de Normandie, Champagne, Picardie, Centre et Bourgogne) et en termes écologiques (impossibilité de développer une agriculture biologique répondant aux besoins de tous les habitants d'Ile de France si on se limite aux frontières actuelles).

 

2. "L'INDIGNATION DES COMPETENTS" FACE A LA PERSPECTIVE D'UNE VICTOIRE DES ECOLOGISTES

Le principal argument développé par les partis traditionnels (PS et UMP) est l'incompétence supposée des écologistes à assumer les responsabilités de la gestion d'une région aussi importante que l'Ile de France. En d'autres termes, les écologistes sont présentés comme des "spécialistes du local", compétent dans la mobilisation et l'action autour d'enjeux limités tels que la mise au norme d'un incinérateur ou la protection d'un périmètre naturel. Mais on leur dénie a priori toute capacité à conduire l'économie d'une région ayant la puissance économique d'un pays européen tel que les Pays-Bas. Même si les élus écologistes régionaux ont montré leur capacité à mener des politiques de grande portée en matière par exemple de transport (Jean-Pierre Girault), d'aménagement du territoire (Mireille Ferri) ou de recherche (Marc Lipinsky), la campagne conjointe du PS et de l'UMP va se concentrer sur notre incapacité supposée à porter une "vision d'ensemble" efficace et réaliste.

 

Cette indignation des compétents face à la perspective d'une victoire écologiste n'est pas sans rappeler un célèbre passage d'Alain dans ses Propos sur les pouvoirs. Déjà sous la Troisième République, les élites supportaient mal de voir leur pouvoir suspendu au verdict du suffrage universel et dénonçaient les choix irrationnels d'un peuple ignorant. Aujourd'hui, c'est l'élite politique traditionnelle qui condamne par avance l'électeur tenté de voter pour de nouvelles forces comme l'Ecologie Politique. Ce passage savoureux d'Alain mérite d'être cité longuement :

 

"Lisez les feuilles publiques ; vous verrez qu'ils sont tous saisis d'un furieux besoin de déclamer contre l'électeur, disant qu'il est ignorant, qu'il est corrompu, qu'il est inconstant, qu'il est ingrat, et qu'enfin il faut chercher quelque système ingénieux qui permette aux éminents députés, aux éminents ministres, aux éminents bureaucrates de remettre l'électeur il sa place, et de travailler à son bonheur malgré lui.
Je connais cette chanson. Tous les bureaucrates que j'ai rencontrés me l'ont chantée ; et cela revenait à dire, presque sans détour, que le suffrage universel, si on le prend sérieusement, est une institution absurde. Car, disaient-ils, il faut avant tout savoir, si l'on veut agir. Or, dans votre beau système, le petit nombre des citoyens qui savent bien une chose, que ce soit les finances, la mutualité, l'enseignement on la politique extérieure, ce petit nombre est écrasé par la multitude des ignorants.

Nous espérions, disaient-ils, que les ignorants feraient du moins modestes et discrets, et qu'ils se laisseraient tout de même un peu gouverner par ceux qui sont préparés à cette tâche difficile. Mais point du tout. Votre république se réalise. Le député vient dans les bureaux, et y parle au nom du peuple. Le tard-instruit méprise les compétences, et veut réformer tout. Bientôt on nommera les ingénieurs, les amiraux, les professeurs au suffrage universel. Ils ont déjà saccagé notre culture française. L'ignorant dit : voilà ce que l'on doit m'apprendre. Ce beau système est arrivé à sa perfection propre avec votre Combes ; et nous y retomberons, c'est inévitable, à moins qu'une grande révolte de l'élite ne coïncide avec quelque mouvement de crainte et de modestie dans la masse ignorante. Mais, avec ces ambitieux et prétentieux instituteurs, qui ne supportent plus aucun frein, je crois bien qu'on ne peut guère compter sur une abdication volontaire des citoyens-rois. Et alors, où allons-nous ?"

Tout directeur, tout inspecteur, tout conseiller, tout préfet. tout recteur, tout ministre pense ainsi et parle ainsi, dès que l'électeur est retourné à son travail. (...) Les partis n'y font rien. Le radical s'entend très bien là-dessus avec le monarchiste. Tous sentent très vivement que le peuple se hausse sur la pointe des pieds, et regarde dans les bureaux. L'élite des bureaucrates est contrôlée, critiquée, menacée dans ses privilèges. Les députés éprouvent, plus directement encore, cette puissance des masses, qui, bien loin de demander à grands cris quelque bouleversement impossible, prétendent tout simplement s'installer au fauteuil, et vérifier les livres de cuisine et de blanchissage. (...) Citoyens, tâchez de bien saisir cette Révolution des bureaucrates contre le Peuple. Et méfiez-vous ; l'adversaire a plus d'un tour dans son sac. "

Alain, Propos sur les Pouvoirs.

3. UNE CAMPAGNE REGIONALE ARTICULANT EFFICACITE LOCALE ET AMBITION GLOBALE

Nous devons être à la hauteur de l'enjeu que représenterait une victoire en Ile de France, ce qui implique d'articuler étroitement l'efficacité locale et l'ambition globale. Il ne faut en aucun cas renoncer à l'action locale qui constitue la force de notre mouvement sur la durée. Nous devons donc saisir toutes les occasions de la campagne des élections régionales pour faire avancer les combats que nous menons dans les communes ou les départements (par exemple l'incinérateur SYCTOM d'Ivry). Mais nous devons également dans le même temps affermir la conviction des électeurs (et notre propre conviction !) que nous sommes prêts, dans quelques mois à prendre les commandes de la plus grande région de l'Union Européenne en termes économiques et démographiques, pour en faire un symbole de développement durable.

Il faut donc impérativement s'appuyer sur le bilan des élus régionaux Verts d'Ile de France au cours de la précédente mandature. Et il faut avoir l'honnêteté de rappeler que ce bilan a été menée en partie au moins dans le cadre d'une alliance avec le PS et le PC. Certes il a pu y avoir des points de désaccords au sein de l'ancienne majorité du Conseil Régional - et c'est ce qui justifie la constitution de listes séparées - mais nous devons avant tout insister sur les réalisations communes en matière de transport, d'enseignement, de politique sociale, d'environnement. La condition première de la victoire en Ile de France c'est de montrer notre capacité hier comme demain à négocier des compromis avec d'autres forces politiques pour mener une politique pragmatique, efficace et ambitieuse. A cet égard, force est de regretter que des élus Verts dont la compétence était universellement reconnue et apprécié n'aient pas été reconduits en position éligible à l'occasion de la constitution des listes Europe Ecologie.

Il faut enfin montrer notre ambition globale avec une proposition symbolique qui pourrait être la mise en conformité de la région Ile de France avec les objectifs du millénaire (0.7% du PIB consacré à l'aide au développement) et les objectifs de Copenhague. Contrairement à ce que pensent les représentants de l'UMP, les électeurs n'ont pas forcément un porte-monnaie à la place du coeur et ils ne votent pas forcément en fonction de considération égoïstes ou cyniques. Il faut oser prendre des risques politiques et proposer par exemple (comme l'avait fait la Californie sous Georges Bush) de s'imposer au niveau régional les objectifs que les Etats ont échoué à mettre en place. Prendre le risque de proposer un prélèvement de 0.7% des dépenses d'investissement de la région Ile de France en faveur des pays les moins avancés pour réussir les Objectifs du millénaire fera sans doute ricaner les "compétents" qui ne manqueront pas d'y voir la preuve de l'incompétence économique des membres de la liste Europe Ecologie. Mais ce sera aux électeurs de juger de la "compétence morale" de ceux qui sont prêts à laisser mourir sans réagir des millions de personnes dans le Monde alors que l'on vit dans l'une des régions les plus riche, mais aussi les plus inégalitaire.

 

 

Reblog this post [with Zemanta]
Commentaires (0)

L'écologie maintenant !

Le 14 mars, votez Europe écologie Île-de-France avec Cécile Duflot

 

La crise n'est pas finie. Avec 100 000 chômeurs de plus cette année, la région la plus riche de France est durement touchée – l’Ile de France compte aujourd’hui près d’un million de demandeurs d'emploi. Les quelques dixièmes de croissance claironnés par le gouvernement de Nicolas Sarkozy ne peuvent pas cacher la réalité du chômage en hausse spectaculaire, de la précarité croissante, en particulier pour les femmes et les jeunes, de la menace de déclassement. La crise ajoute une terrible urgence sociale aux urgences écologiques : pollutions, dégradation de la biodiversité, épuisement des ressources naturelles, changement climatique.

 

Il est impossible de hiérarchiser les urgences ou de traiter l'une sans l'autre.

Les Hauts-de-Seine, département qui avec Paris concentre le plus de richesses dans la Région, reste pourtant un territoire d’inégalités criantes. Incarnation de l’injustice sociale avec des villes qui concentrent grandes fortunes et revenus fiscaux, corruption et trafics d’influence, mais d'autres précarités, logements sociaux dégradés et déplacements difficiles.

 

Sortons des logiques de ségrégation sociale, de concentration de la précarité ici et de concentration des richesses là.

 

Ici comme ailleurs, les projets totalement dépassés se multiplient à l'initiative de la droite départementale :

• Une 2x2 voies sur la RD7 alors que le bruit, la pollution de l’air et les changements climatiques imposent de rompre avec le toujours plus de voiture ;

• Destruction de la Résidence Universitaire d’Antony au profit des promoteurs alors que l'on manque cruellement de logements, notamment pour les étudiants ;

• Extension de la Défense  et apparition d'une « Défense bis » à Issy-les-Moulineaux alors que les transports sont saturés, et que tant d'autres territoires manquent d’emplois.

 

Les altosécanais-es, comme l’ensemble des francilien-ne-s ont le droit de vivre mieux, tranquillement, avec un revenu décent dans un département et une région apaisés et solidaires.

L’écologie, c’est maintenant !

 

tract_anony92-1_1

Commentaires (0)

Meeting de lancement de la campagne le 16 janvier à Montreuil !

flyera

flyerb
Commentaires (0)
Vous êtes ici : Accueil Tous les articles Élections Régionales 2010