Tous les articles

Font Size

SCREEN

Profile

Layout

Menu Style

Cpanel

Budget 2018 : V.Pécresse masque la réalité

Pour le groupe Alternative Écologiste et Sociale, le budget de Mme Pécresse est un budget en trompe-l’œil, qui se joue des chiffres et des réalités quotidiennes des Francilien-nes. Un budget qui est de la poudre aux yeux jetée avec mépris sur les Francilien-nes.

Pour le groupe Alternative Écologiste et Sociale, la parole de V.Pécresse n’est plus crédible. Les engagements de 2017 n’ont pas été tenus, comment la croire pour 2018 ?

Rappelons-nous ses efforts de communication sur son engagement pour le climat ou l’environnement. Une communication outrancière pour masquer des renoncements réels :

  • Le “plan vert” : 5 M€ budgétés - 0,5M€ réellement dépensés,
  • Le plan “Changeons d’air” : 4 M€ budgétés - 0€ dépensé,
  • Energies renouvelables : 22 M€ budgétés - 14,6M€ dépensés,
  • Protection des milieux naturels : 6M€ budgétés - 1M€ dépensé,
  • Transports en commun : 712M€ budgétés - 673 M€ dépensés,
  • Amélioration des voies bus : 21M€ budgétés - 8M€ dépensés,

Dans le même temps, le budget alloué pour les routes était de 34M€ mais ce sont 70M€ qui ont été dépensés en 2017. Tout un symbole qui illustre les dogmes rétrogrades de la Présidente de Région.

“Il ne suffit pas de déclamer une année décarbonée des énergies et du climat pour que le rêve se transforme en réalité,” déplore Mounir Satouri. “Quand on voit à quel point elle a délaissé l’environnement en 2017, son budget 2018 en baisse de 17 M€ n’augure rien de bon”.

Sur l’ensemble du budget, la Présidente de la Région dit ce qui l’arrange. Elle annonce une baisse de recettes de 102,4M€ par rapport à 2016 mais oublie de mentionner que celles-ci augmentent de plus de 147 M€ par rapport à 2015. Et parfois elle n’hésite pas à dire des contre-vérités en annonçant une hausse des investissements alors qu’elle propose, dans son budget, une baisse de -2,9% des capacités d’investissement pour l’avenir de la Région en 2018; ce qui est plutôt une forme de désinvestissement.

“Les problèmes dans les transports en commun n’ont jamais été aussi nombreux, les associations sont délaissées et maltraitées, les quartiers sont abandonnés, la création de logement sociaux est stoppée. Ces quelques exemples devraient inciter V.Pécresse à ne pas faire semblant de faire de contribuer à la cohésion sociale et territoriale, dénonce l’élu. La réalité est que son budget 2018 renvoie la région Île-de-France trente ans en arrière, creuse davantage les inégalités et délaisse les Francilien-nes.”

 

Marion JEUNE

Groupe AES - Conseil Régional IDF

Commentaires (0)

Agents régionaux : le passage en force n’est pas digne de la plus grande région d’Europe

Face à l’absence de dialogue social qui s’est manifesté hier matin par la mobilisation de plus de 400 agents régionaux, le groupe Alternative Écologiste et Sociale a demandé le renvoi (voté par l’ensemble de la gauche) de la délibération qui concerne la remise en cause du temps de travail des agents régionaux. L’exécutif régional a cependant décidé de la passer en force ce jour. Alors qu’un comité technique n’avait pu se tenir, faute de quorum, alors que Valérie Pécresse a refusé de recevoir les syndicats avant le vote de ce jour, une rencontre devrait avoir lieu ce soir, soit après l’adoption du rapport. “C’est toute la nature du dialogue social dans cette Région : on passe en force et on fait semblant d’expliquer ensuite,” déplore François Damerval, qui a demandé, par voie d’amendement, le retrait des articles concernant l’augmentation du temps de travail.

En cohérence avec ces mêmes pratiques, le déménagement se prépare pour le mois de janvier 2018, utilisé comme prétexte à toutes les “modernisations” : “Avec le déménagement, Mme Pécresse tire sciemment sur la nappe et fait tomber toute la vaisselle par terre. Non renouvellement des postes vacants, séisme dans l’organigramme, dégradation des conditions de travail et manque d’espace-bureaux qui forceront le recours au télétravail,...” L’opposition, au même titre que les syndicats, manque sensiblement des informations nécessaires à la compréhension des aménagements en cours. C’est notamment le cas sur la distinction entre membres du cabinet de la Présidente et chargés de missions dans les services.

Sur le volet du Plan de déplacement de l’Administration, adopté également ce jour, un point essentiel est absent : la prise en compte d’un retard de 2 ans de la ligne 14, qui aurait dû transporter un grand nombre d’agents du siège. Peu ambitieux, ce plan ne comporte pas d’aide financière pour les covoitureurs, au covoiturage ou encore l’aide à l’achat de vélos. “En adoptant ce Plan de Déplacement de l'Administration, Mme Pécresse fait le service minimum. Le manque d’ambition de ce plan est patent. Dommage pour la plus grande région d’Europe, qui fait mine de prendre en main les questions environnementales. Des paroles, pas d’actes. Comme d’habitude.”

 

 

Marion JEUNE

Groupe AES - Conseil Régional IDF

Commentaires (0)

Agents du siège régional : V.Pécresse persiste dans l’absence de dialogue syndical

Avant même le comité technique paritaire, instance de négociation avec les syndicats d’agents régionaux, la présidente du Conseil régional d’Île-de-France a annoncé la suppression de 5 jours de récupération par an pour les employé-es du siège régional.

Les élu-es du groupe Alternative Ecologiste et Sociale regrettent le grave manque de dialogue, une fois de plus, avec les près de 2000 salarié-es concerné-es et la mise en place d’une mesure qui a pour objectif, une fois encore, de faire porter sur l’ensemble des agents du service public régional, des pressions toujours plus importantes.

En se bornant à ne raisonner qu’en termes d’économies budgétaires, la présidente risque aussi d’affaiblir encore les politiques régionales de proximité et de fragiliser la communauté des agents de notre service public,” regrette Anne-Claire Jarry Bouabid.

Cette suppression, en lien avec le non remplacement de nombreux agents qui se fait dans une opacité grandissante de l’organigramme régional, va contribuer à renforcer la surcharge de travail de nos agents, dans des services qui sont trop souvent sous-dotés. Certains services sont amputés d’un tiers de leur personnel.. “Trop de partenaires de la région se retrouvent aujourd’hui sans interlocuteurs, dénonce François Damerval. Ce qu’il faut remettre en cause, ce n’est pasle professionnalisme des agents, mais bien leur charge de travail et leur mal-être grandissant.”

Car en se cachant derrière des accords déclaratifs comme la charte syndicale ou le bien-être au travail, et derrière le déménagement du siège régional désormais imminent, la Présidente de région poursuit une logique d’effritement du service régional : obligation de travailler en open-space, rallongement destemps de trajet des agents avec notamment les retards pris sur la ligne 14, jeu de dupes dans les recrutements des directions, télétravail à marche forcée…

 

Marion JEUNE

Groupe AES - Conseil Régional IDF

Commentaires (0)

Nouvel exécutif régional : Mme Pécresse rétrograde des sujets majeurs

Les modifications annoncées par Mme Pécresse dans son exécutif régional sont à l’image de sa politique:  relégation des politiques environnementales, gestion administrative du secteur des lycées en oubliant le volet éducatif, transparence du volet formation professionnelle et de l’apprentissage, disparition de la politique de la ville ou des politiques d’emploi.

Très peu rompue à l’exercice démocratique la Présidente de la Région Île-de-France a distribué les postes en fonction de logiques politiciennes, mais pas seulement : elle a également fait des choix, hiérarchisé encore davantage ses priorités. Depuis son arrivée au pouvoir, le rôle des vice-présidences dans son exécutif est réduit à celui de faire-valoir. Peu de marge de manoeuvre, découverte des rapports au dernier moment, les vice-président-es de la région se retrouvent sous le joug d’une gouvernance hyper-centralisée et autoritaire de Mme Pécresse. “Ce n’est pas le jeu des chaises musicales qui changera grand chose à la politique de la droite. Par contre, les coupes sont nettes.”

Avec ce remaniement, l’agriculture est reléguée à une question purement économique alors qu’elle concerne la santé, l’environnement et l’aménagement du territoire”. Le groupe est particulièrement inquiet sur les questions environnementales, avec la nomination de M.Jean-Philippe Dugoin-Clément à la Vice-présidence : “Quoi de plus naturel pour la droite qui baisse de 30% le budget environnement que de mettre à cette vice-présidence quelqu’un qui ne croit pas aux énergies renouvelables et fait la promotion du nucléaire ?”, ne s’étonne plus Mounir SATOURI.

La disparition de la politique de la ville et son remplacement par la seule rénovation urbaine est également dramatique. C’est maintenant plus clair, Mme Pécresse a décidé de faire sans les quartiers populaires,” regrette amèrement M. Mohamed MECHMACHE.

Alors que la situation du chômage est dramatique, que de plus en plus de jeunes sont éloigné-es de l’emploi et de l’insertion, la Présidente fait le choix de ne pas nommer de vice-président-e en charge de la formation professionnelle,d e l’apprentissage et de l’emploi. Cela traduit clairement le fait que le 3ème budget de la région n’est pas une priorité pour Mme Pécresse,” a déploré Hella KRIBI-ROMDHANE, ancienne vice-présidente à ces secteurs.

 

Marion JEUNE

Groupe AES - Conseil Régional IDF

Commentaires (0)

Le groupe décide d’exclure Gilbert CUZOU

La presse de ce soir relate des faits graves concernant un élu du groupe “Alternative Écologiste et Sociale”. Deux collaboratrices dénoncent des faits présumés d’agression et de harcèlement sexuel contre M. Gilbert CUZOU, qui a intégré notre groupe politique au début du mois.

M. Mounir Satouri, Président du groupe « Alternative Écologiste et Sociale », a pris la décision immédiate d’exclure M. Gilbert Cuzou du groupe. “Les faits décrits sont graves. Je prends la responsabilité de cette exclusion immédiate, suite aux faits reprochés que je viens d‘apprendre par voie de presse. Cette exclusion durera le temps que la justice se prononce sur les faits dont ce conseiller régional est accusé.”

Le groupe Alternative Écologiste et Sociale rappelle sa détermination à lutter contre toutes les violences faites aux femmes, d’où qu’elles viennent. Pour les élu-es du groupe, les dénonciations, qui se multiplient ces jours-ci, sont une chose très positive, qui permettront d’une part de rendre justice à de nombreuses femmes et, d’autre part, de faire que de plus en plus de femmes s'expriment sur ce qu’elles vivent. “Nous espérons vivement que les mouvements actuels à ce sujet permettront à l’avenir de réduire les agressions notamment dans le milieu politique et, plus largement, dans tous les milieux de pouvoir.”

Le groupe soutient également la mise en place de cellules d’écoute et d’accueil pour les victimes de harcèlement et de violences sexuelles au sein des mouvements et partis politiques, comme l’a fait Europe Ecologie Les Verts et dont souhaite se doter le M1717.

Marion JEUNE
Groupe AES - Conseil Régional IDF

Commentaires (0)
Vous êtes ici : Accueil Tous les articles Dossiers Politique - Gouvernance