Tous les articles

Font Size

SCREEN

Profile

Layout

Menu Style

Cpanel

Réaction suite à l’agression de Lauriane Rossi, députée LREM

EELV 92 condamne fermement l’agression dont a été victime Lauriane Rossi hier matin sur le marché de Bagneux.

Aucune violence verbale ou physique n’est tolérable que ce soit en politique ou ailleurs. L’expression démocratique mérite mieux qu’un coup de poing.

Les écologistes des Hauts-de-Seine souhaitent un bon rétablissement à Lauriane Rossi et lui font part de leur sympathie.

 

Catherine Candelier, porte-parole EELV 92, conseillère municipale de Sèvres
Jean-Marc Denjean, porte-parole EELV 92

Commentaires (0)

Le budget régional supplémentaire sacrifie la culture, le handicap et l'environnement

Budget supplémentaire 2017 :

la Culture, le Handicap et l’Environnement sacrifiés pour les sénatoriales

Lors de la prochaine séance régionale, Valérie Pécresse soumettra au vote de l’assemblée un budget supplémentaire qui permet de tripler les aides aux communes (passant le budget des Contrats d’Aménagement Régionaux de 6,5 M€ à 19,6 M€). Une nouvelle coupe sombre est opérée dans l’investissement des secteurs de la culture (-2,9 millions d’euros), des personnes en situation de handicap (-0,9 million d’euros), des aménagements environnementaux autour des routes (-4 millions d’euros), des aménagements écologiques (-3,7 millions) et de la prévention des risques d’inondations (-0,5 million d’euros). Le groupe s’opposera à ce budget supplémentaire, qui fait de la région un « pot de confiture où tous les maires de droite ont le droit de mettre les doigts. »

« Valérie Pécresse semble vouloir ne laisser de côté aucune sollicitation de maire, remarque Mounir Satouri, président du groupe écologiste. Elle transforme notre institution en « distributeur automatique » pour les élu-es qui sont aussi des électeurs-trices pour les sénatoriales. Cette hausse de 200% en cours d’année est une aubaine à saisir pour les édiles de droite et un trésor de voix pour les ami-es de Mme Pécresse. ».

Encore quatre millions d’euros de moins pour la restauration des continuités écologiques par rapport au budget primitif. Avec les 3,7 millions supprimés sur les aménagements écologiques (adaptation aux changements climatiques, énergies renouvelables, protection de la biodiversité), ce sont près de 8 millions d’euros d’investissement en environnement qui sont supprimés d’un trait par l’exécutif.

« L’arrosage des communes ne se fait même plus sur des projets écologiques. Les choix sont clairement orientés vers une forte baisse des investissements en faveur de l’environnement  (une coupe de 27% des crédits pour les actions en faveur de la lutte contre le dérèglement climatique) alors que Mme Pécresse faisait mine de regretter le retrait de Trump de l’accord de la COP 21… s’insurge Annie Lahmer. La droite n’a toujours pas compris l’urgence environnementale et climatique. »

Les dispositifs en faveur des personnes en situation de handicap (aide à l’équipement des structures spécialisées, aide aux établissements d’éducation pour les enfants et les adolescent-es, aides pour l’autonomie des personnes, etc.) se voient amputés de 14%. « En décembre 2016, lors de la journée internationale des personnes handicapées, l’exécutif de droite se félicitait de ses nouvelles politiques dans le domaine, rappelle Marie-Odile Bertella-Geffroy. Avec Valérie Pécresse, c’est toujours la même chose, la communication devant les médias pour masquer ses renoncements dans la réalité ».

Avec une coupe de -1 million d’euros dans le fonds d’investissement pour la culture, de -0,7 million dans l’équipement culturel de diffusion et de création et de -0,75 million dans le développement du patrimoine, la droite régionale amplifie les coupes budgétaires qui étaient déjà présentes dans le budget primitif. Corinne Rufet, en lien avec les réseaux culturels, regrette un « double langage ». « Il ne suffit pas de clamer partout que la culture est une priorité. Il faut le prouver par des actes. Et la réalité, c'est que les crédits pour la culture baissent. Valérie Pécresse tente d'enfumer les acteurs culturels : elle devrait faire attention, ils ne sont pas dupes du bonneteau budgétaire en cours. » 

 

Marion JEUNE

Groupe EELVA - Conseil Régional IDF

Commentaires (0)

Interdiction de la clause Molière

Valérie Pécresse doit protéger les salariés et non les discriminer

 Une note interministérielle a été transmise à l’ensemble des Préfets de France ce 27 avril, pour l’interdiction de la « clause Molière » qui a été adoptée par un certain nombre de collectivités territoriales, dont la région Île-de-France. C’est un nouveau désaveu pour Valérie Pécresse et sa majorité qui ont tenté d’imposer dans les marchés publics d’Île-de-France cette clause visant à exclure les entreprises qui emploient des travailleuses et travailleurs ne parlant pas suffisamment le français. « Nous attendons avec impatience l’interdiction pure et simple de cette mesure inique pour les entreprises franciliennes, dans les délibérations et marchés régionaux » a annoncé Mounir Satouri, président du groupe écologiste.

 Comme l’avaient souligné les écologistes lors du débat au Conseil régional d’Île-de-France, cette disposition est coupable de remettre la question de la préférence nationale – thématique chère à l’extrême droite – au centre des débats tout en bafouant la loi et l’Etat de droit. Pour ces raisons, le groupe écologiste avait décidé de saisir le Préfet de région avec les autres groupes de gauche du Conseil régional d’Ile-de-France afin qu’il contrôle, au plus vite, la légalité de cet acte.

 « Après un premier rappel à la loi du Préfet de région, cette note interministérielle enjoint à nouveau à Valérie Pécresse de respecter le cadre juridique européen et national existant », souligne François Damerval.

« Comme nous le disons depuis le premier jour, les textes permettent aux citoyen-nes européen-nes de travailler librement dans un pays de l’Union Européenne. La Commissaire Européenne à l’emploi a elle-même dénoncé cette violation du principe de non-discrimination », rappelle l’élu.

 Le groupe Europe Ecologie Les Verts & Apparentés souhaite que le sujet de la protection des travailleurs français et étrangers soit abordé par l’exécutif régional avec davantage de sérieux et d’esprit de responsabilité, en s’attachant notamment à faire mieux appliquer les règles existantes comme il l’avait demandé lors des premiers débats.

 

Marion JEUNE

Groupe EELVA - Conseil Régional IDF

Commentaires (0)

Clamart Habitat et la "Transparence"

Le fonctionnement de l'office public municipal de HLM, Clamart Habitat, a été un des principaux sujets de la campagne électorale. Toutes les listes ont promis d’améliorer ce fonctionnement, de le rendre plus "transparent", etc.
La nouvelle majorité commence mal dans ce domaine puisqu'elle supprime la présence du (seul) représentant de l'opposition municipale au conseil d'administration de Clamart Habitat....
Les élu-e-s de Clamart Citoyenne, dont notre élue EELV, ont critiqué ce choix lors du conseil municipal du 29 avril 2014 où les représentant-e-s dans cet organisme ont été élu-e-s. Notre élue, Vanessa Jérome, avait signé la charte Anticor qui l'engageait "à ce que les élus de l’opposition soient représentés dans toutes les commissions, les conseils d’administration, les organismes et structures financés par la commune.". On en est bien loin avec la nouvelle majorité UMP qui semble bien frileuse sur les droits de l'opposition...

Commentaires (0)

La crise ? Pas pour tout le monde...

Une des premières mesures de la nouvelle majorité municipale a été d'augmenter les indemnités des élu-e-s de façon importante. C'est ainsi que les adjoint-e-s au maire de l'équipe précédente recevaient une indemnité de 950€/mois et que les nouveaux sont désormais indemnisés à hauteur de 1255€/mois. 30% d'augmentation, par les temps qui courent, c'est rare ! Et ceci sera payé par les Clamartois-es, dont beaucoup n'ont certainement jamais eu de telle augmentation !

Commentaires (0)
Vous êtes ici : Accueil Tous les articles Dossiers Politique - Gouvernance