Europe Ecologie Les Verts de Clamart

Font Size

SCREEN

Profile

Layout

Menu Style

Cpanel

Articles

Après bientôt un an à la tête de la ville, le nouveau maire UMP de Clamart monte en charge.

Depuis la fin 2014, voici les «nouveautés».
D’abord le projet de destruction d’une cité de logements sociaux et de deux immeubles de Clamart Habitat, soit environ sept cents logements. Ensuite la cession au privé de la place publique de la gare de Clamart (qui existe depuis 1848) pour y construire des immeubles pseudo-haussmanniens (par l’architecte qui construit un «faux Florence» au Plessis-Robinson, ville voisine UMP très à droite). Ils cacheront ladite gare ainsi que la future station de métro du Grand Paris Express, en empêchant toute évolution de ce secteur en «pôle multimodal».
À suivre la création (annoncée dans le programme du maire) d’une police municipale avec grosses motos, l’installation de soixante caméras de vidéo-surveillance dans la ville, pour un coût énorme, alors même que les chiffes de la délinquance de 2014 sont tous en baisse sauf les violences familiales. Cerise sur le gâteau: le maire vient d’armer les policiers municipaux, ce qui n’était pas dans son programme. En prime, la publication d’un arrêté en décembre 2014 interdisant la distribution de prospectus sur plusieurs voies de la commune.
Des particuliers, des partis politiques et des associations, dont la section locale de la Ligue des droits de l’homme, ont déposé des recours gracieux fin janvier, sansréponse à ce jour. Tout ceci alors même que Clamart Infos de février se dit «Charlie ». Quand on voit la première page du journal, on ne distingue guère la ressemblance avec Charlie.

Et je ne m’étends pas sur le projet de supprimer des voies bus-vélo pour augmenter le nombre de places de stationnement pour les voitures, la suppression de places de vélos à la gare, les projets multiples de parkings souterrains coûteux, la diminution de la construction de logements sociaux, car «25% de logements sociaux » est pour l’édile un maximum et non un minimum, l’augmentation du financement de deux écoles privées, dont une à Issy-les-Moulineaux, etc.


Vu l’accélération du projet de la droite, je pense que ce serait bien que vous veniez faire un jour un reportage à Clamart. Certes, ce n’est pas une ancienne «banlieue rouge», mais cette ville, ex-démocrate chrétienne pendant trente-six ans, gérée par une majorité PS-PC-EELV (dont je faisais partie) pendant treize ans, est intéressante pour le dynamisme de son milieu associatif et politique.
Ce qui explique la réac-tion de beaucoup de gens quand certains principes sont attaqués.

Marie-Catherine Poirier dans POLITIS

Commentaires (0)

1000 caractères restants

Cancel or

Vous êtes ici : Accueil